Location : les bailleurs privés préfèrent les jeunes.

July 18, 2017

 

Selon une enquête, 55% des bailleurs privés considèrent que le locataire idéal doit être âgé entre 16 et 35 ans. Cette étude, menée auprès de 5.000 propriétaires, dresse le profil type des bailleurs et la carte d'identité du locataire idéal.

 

En France, un bailleur privé est dans une majorité des cas, un cadre (45%) ou un retraité (24%). Le plus souvent (61%), c'est un homme qui se charge de trouver un locataire pour son logement. Et contrairement aux idées reçues, le bailleur préfère les dossiers constitués par des jeunes, âgés de 16 à 35 ans, mais semble se méfier de la colocation, qui ne séduit que 2,5% de propriétaires.

 

Autre cliché, les dossiers présentés par les futurs locataires ne sont pas automatiquement incomplets. Dans les deux tiers des cas, toutes les pièces justificatives sont réunies. La quasi-totalité (96%) des propriétaires réclament logiquement un bulletin de salaire et l'avis d'imposition (87%). D'autres souhaitent compléter la candidature avec un relevé d'identité bancaire (56%), une pièce d'identité (50%) et une attestation d'employeur (44%).

 

 

Côté loyer, plus des trois-quarts des propriétaires (76%) imposent aux locataires de gagner trois fois le montant du loyer. Ceci dit, ils sont très nombreux, soit 72,5%, à accepter la caution d'une tierce personne. Les bailleurs se méfient encore de la garantie "loyer impayé", que seuls 21% ont contracté.

 

Mais, malgré ces garanties, les litiges entre propriétaires et locataires ne sont pas une fausse affaire. 43% ont déjà rencontré des problèmes. Un chiffre en baisse par rapport à la précédente étude qui date de 2002 (52%). Ce sont les impayés de loyers qui posent le plus généralement problème (80%). 40% des litiges de ce genre se sont résolus devant la justice.

 

Enfin, à propos du décret sur l'encadrement des loyers, entré en vigueur au 1er août 2012, 26,14% des propriétaires avouent ne pas savoir s'ils sont concernés. Ce texte empêche les bailleurs de surévaluer le montant du loyer, au-delà de l'indice de référence de loyer publié par l'Insee, lors d'une relocation ou d'un renouvellement de bail. Seules les locations situées dans des zones géographiques tendues sont concernées. Face à cette nouvelle mesure, 43% de bailleurs se disent prêts à meubler leur location pour échapper à celle-ci.

 

OLIVIER PEUREAU

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Sept Îles à vendre

January 30, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents

January 30, 2018

November 13, 2017

November 8, 2017