SAISIE IMMOBILIÈRE, COMMENT FAIRE FACE ?


La saisie judiciaire permet de rembourser les créanciers lorsque le débiteur n’arrive plus à rembourser ses crédits. Elle est régie par le code civil et se déroule selon une procédure stricte.

Quand peut-on se retrouver confronter à une telle situation ?

La saisie immobilière en France est la saisie judiciaire d'un immeuble pour en effectuer soit une vente aux enchères publiques appelée« adjudication », soit une vente à l'amiable sur autorisation du juge.

La saisie immobilière s'effectue dans la quasi-totalité des cas lorsque le débiteur n'arrive plus à rembourser ses créanciers et se retrouve en situation de surendettement. Le bien estimé doit être en rapport avec le montant des créances afin de solder les crédits.

On parle de situation de surendettement, lorsqu'une personne physique de bonne foi se retrouve dans l'impossibilité manifeste de rembourser ses dettes non professionnelles exigibles et à venir.

Bon à savoir : il faut préciser que la « situation de surendettement » ne veut pas forcément dire que le débiteur a déposé un dossier de surendettement auprès de la Banque de France.

Conditions préalables à la saisie immobilière

La saisie immobilière porte sur les droits relatifs et cessibles de l'immeuble qui fait l'objet de la saisie.

La saisie immobilière doit se faire par le biais d'un « titre exécutoire » permettant de recourir une exécution forcée. Il constate l'existence d'une créance exigible et justifie de la saisie, afin de procéder au remboursement des sommes dues.

La mise en œuvre de la saisie immobilière ainsi que la vente du bien saisi doivent se faire par l'intermédiaire d'un agent accrédité c'est-à-dire un huissier ou un avocat.

Les mentions ci-dessous doivent figurer sur le commandement de saisie sous peine de nullité :

• l'indication du nom, prénom, profession, adresse du créancier,

• l'identification du titre qui sert de fondement à la délivrance du commandement,

• les coordonnées de l'avocat ou huissier choisi par le créancier : nom, prénom, adresse et

signature,

• les coordonnées de la juridiction compétente,

• la mise en demeure de payer sous huitaine la créance exigée (la date d'émission de la lettre est mentionnée),

• la désignation des biens qui feront l'objet de la saisie,

• l'information selon laquelle, l'huissier de justice aura la possibilité de se rendre sur les lieux pour y établir un procès-verbal descriptif,

• l'information au débiteur qu'il a la possibilité de saisir la commission de surendettement.

La saisie immobilière

Une fois le commandement de saisie établit et le délai de 8 jours de la mise en demeure dépassé, l'huissier (ou l'avocat) a deux mois pour publier le « commandement de payer » au bureau des hypothèques du lieu de domiciliation de l'immeuble.

Cette démarche autorise la conservation de l'immeuble en attendant sa vente. Huit jours après la publication et l'envoi du commandement de payer, l'huissier peut se rendre sur les lieux afin d'établir le procès-verbal de description.